Ça fait quel effet d’admirer des aurores boréales en Islande ?

Ça fait quel effet... d'admirer des aurores boréales en Islande ?

 LES AURORES BORÉALES : A VOIR AU MOINS UNE FOIS DANS SA VIE


Lors de mon départ pour l’Islande, je n’avais pas beaucoup d’espoir de voir des aurores boréales. J’avais entendu dire qu’elles étaient assez rares, et qu’il fallait un certain nombre de conditions réunies pour pouvoir les observer correctement. Je partais donc sans vraiment beaucoup d’attente à ce niveau là, histoire de ne pas être déçu.

Notre voyage en Islande était déjà bien entamé de plusieurs jours et nous arrivions dans les chalets de Hunkubakkar, un camping  quelque peu perdu dans les montagnes et à plus de 3 heures de Reykjavik.

Nous avions eu un temps clément la plupart de la journée, et en arrivant à la réception du camping, je me suis souvenu des aurores boréales. Innocemment, j’ai demandé à la personne de l’accueil s’il était possible de voir des aurores boréales depuis notre chalet ?

– Évidemment ! D’ailleurs, ce soir vous avez de grandes chances d’en voir car le ciel est plutôt dégagé. Sortez voir ce que ça donne vers minuit. Elles apparaissent en général vers ces heures là. »

Je trépigne ! Bon d’accord, sachant qu’il fait à peine 2°C dehors, ça va être difficile, mais ça vaut le coup de tenter !

Après avoir occupé la soirée à constituer l’itinéraire du lendemain, je me retrouve vers 23h30, couvert de tous mes vêtements les plus chauds, à essayer de régler mon appareil photo posé sur le capot de la voiture, afin qu’il puisse photographier les étoiles, et donc, les aurores boréales lorsqu’elles apparaîtront. J’ai froid, je tremble, mais je me concentre surtout sur cette traînée blanche que je vois se distinguer de plus en plus dans le ciel. Je ne sais pas s’il s’agit de lumières de la ville un peu plus loin, ou bel et bien d’une aurore boréale en cours de formation. Après tout, je n’y connais rien moi à tout ça.

Vers minuit et demi, mon appareil photo semble être correctement réglé (enfin…), et le moment tombe plutôt bien puisque cette fameuse traînée blanche sur laquelle je me concentrais depuis maintenant plus d’une heure est en train de tourner au vert. Oui oui ! Au vert !

Je n’en reviens pas ! C’est comme si j’hallucinais. Il y a à peine 30 secondes, je regardais une sorte de lueur blanche que je croyais toute droite sortie de mon imagination, et voilà que maintenant je suis partagé entre prendre des photos en rafales, et simplement admirer ce spectacle inouï !

Le ciel est éclairé d’une lueur verte qui danse dans tous les sens et descend vers moi. J’ai l’impression de pouvoir les toucher ! J’essaye de prendre le plus de photos possibles, mais dans le noir, elles ne sont pas toujours très nettes et honnêtement, je crois que je préfère en prendre plein les yeux avant que ça se termine ! Au moment où elles s’estompent, le même processus recommence un peu plus loin dans le ciel, et ainsi de suite, les aurores boréales s’éloignent.

Vers 1h du matin, les aurores boréales sont désormais trop loin pour que je puisse les distinguer correctement. Je décide donc d’aller me coucher en gardant cette magie dans ma tête ! Quelle soirée…

PS : Les aurores boréales sont beaucoup plus fréquentes à la fin de l’automne en novembre/décembre. Si vous partez en Islande pour voir des aurores boréales, il faudra privilégier cette période. Certes il fera froid, mais ça en vaut le coup !

Après être parti 2 ans à l'étranger pour mes études, je ne peux plus m'arrêter de voyager ! J'ai besoin de découvrir de nouvelles cultures et être constamment en mouvement. J'aime partager mes expériences et rencontres à travers mon blog. N'hésitez pas à me laisser vos commentaires et à me contacter pour partager vos propres expériences ou me proposer de nouveaux itinéraires.

Ecrire un commentaire